Yggdrasil, le dernier magazine avant la fin du monde

Le manifeste Yggdrasil

L’arbre-monde. De nombreuses traditions sur notre planète évoquent un arbre géant qui s’élève jusqu’aux cieux. Axe de l’univers, il traverse les trois mondes, celui des morts, des humains et des dieux. C’est à travers lui que le cosmos se régénère perpétuellement.


Dans la mythologie nordique, cet arbre-cosmique s’appelle Yggdrasil. La légende raconte qu’après le grand cataclysme, Yggdrasil, symbole de l’éternité, survivra. De son bois sortiront alors une femme (Vie) et un homme (Désir de Vie), ancêtres de l’humanité nouvelle.Yggdrasil est un frêne qui, comme les autres feuillus, est apparu il y a environ 50 millions d’années. Mais cet arbre mythique, qui a accompagné les premières communautés humaines à grandir, est en train de disparaître du monde occidental… ravagé par une maladie. Il n’est d’ailleurs pas le seul à disparaître : d’innombrables animaux, végétaux, peuples, cultures, langues… ont suivi le chemin de l’extinction. Dérèglements climatiques, épuisement des ressources et des matières premières, destruction du vivant sur terre et dans les mers, déchirement du tissu social, montée des tensions politiques, migrations de masse, anéantissement des peuples premiers… nous glissons inexorablement vers la fin du monde tel que nous le connaissons. Pire, les conditions sont aujourd’hui réunies pour qu’émerge la possibilité que notre société ou notre espèce – et bien plus – s’effondre. Il va falloir maintenant vivre avec. Désormais pour nous, les survivants, il s’agit de s’organiser pour évoluer dans un monde déboussolé, perturbé, dégradé, dévasté, mais toujours en vie.Ces constats, redoutables et accablants, portent en eux le risque d’un effondrement intérieur, car évidemment, réaliser tout cela, c’est côtoyer la mort, la peur, la tristesse, le désespoir, la colère et la rage. Mais de se rendre compte aussi que ces affects sont des marqueurs de notre sensibilité à l’injustice, de notre courage de vivre, et de la profondeur des liens et de l’amour que nous avons pour ce qui disparaît. Ils nous rendent vivants, il est nécessaire de les accueillir, de les traverser, et finalement d’apprendre à côtoyer nos ombres.Vivre avec les catastrophes et avec les mauvaises nouvelles qu’elles charrient, n’est pas qu’une histoire de fin du monde. Pour beaucoup, c’est une opportunité pour se rassembler, retrouver confiance, construire/lutter, comprendre que tout est interconnecté, tisser des alliances avec les “autres qu’humains”, retrouver notre juste place au sein de la toile du vivant, et imaginer ensemble d’autres modes d’organisation et de possibles horizons. Ces défis n’auront d’autres effets que de nous transformer profondément, nous métamorphoser, et pour cela, le moyen le plus sûr est de nous reconnecter à la source jaillissante de l’enfance : la joie.Avec Yggdrasil, nous embarquons pour un voyage initiatique : découvrir l’être qui vibre en chacun et, grâce aux autres êtres vivants, déployer et explorer sa part sauvage, lui redonner vie. Accompagner la fin d’un cycle et engager le renouveau.


Que la grande traversée commence !

Yggdrasil est un nouveau magazine-livre (mook) pour traverser l’effondrement et accueillir le renouveau. Une campagne de financement est en cours sur kisskissbankbank et c’est déjà un franc succès.

Voici ce qu’on peut lire sur la page kisskissbankbank : « il y a grand besoin de sens et de liens. Les constats de l’état de notre planète et de nos sociétés sont accablants. Nous glissons vers la fin du monde tel que nous le connaissons (dérèglement climatique, perte de biodiversité, crise sociale et économique…). Nous entamons un effondrement civilisationnel, qui provoque inéluctablement des effondrements intérieurs. Et inversement. Ce sont des chocs, mais aussi des opportunités de se rassembler, construire, retrouver notre juste place au sein de la toile du vivant, et imaginer ensemble d’autres modes d’organisation et de possibles horizons. Dans cette énergie, nous avons décidé de lancer un magazine : Yggdrasil, l’arbre-monde de la tradition nordique. Un symbole fort que l’on retrouve dans toutes les cultures sur Terre. »

Pour contribuer à la campagne de financement :

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/yggdrasil-le-dernier-magazine-avant-la-fin-du-monde/tabs/description

Parmi les fondateurs d’Yggdrasil, notons plus particulièrement les présences de bon augure d’Yvan Saint-Jours, fondateur du magazine La Maison écologique, co-fondateur du magazine Kaizen et des éditions YpyPyp, et de Pablo Servigne, chercheur, animateur, pigiste, essayiste, conférencier… très en pointe sur la collapsologie.

Personnellement j’ai hâte de recevoir le premier numéro dans ma boite aux lettres !

2 Comments

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s